Pourquoi le regard des autres vous empêche de progresser

le regard des autres

Lorsque l’on décide d’emprunter une nouvelle voie, ou d’entamer un nouveau projet, quelque chose qui nous tient réellement à cœur, on fait face à ce que l’on pourrait appeler le regard des autres.

Avant même de commencer, avant même d’entamer notre projet, on commence à se demander ce que les autres vont bien pouvoir penser de nous, de notre nouvelle entreprise…

Le jugement des autres commence à prendre de l’importance alors qu’il ne devrait pas.

Pour beaucoup de personnes, il constitue un frein qui les empêche d’avancer et de progresser. Ils se retrouvent paralysés, esclave du regard des autres, esclave de la peur d’être jugé

J’aimerais vous poser une question…

Combien de projets avez-vous abandonnés parce que vous aviez peur du jugement des autres ? Combien de fois avez-vous renoncé à vos rêves, aux choses que vous vouliez réellement accomplir parce que vous ne pouviez pas faire face au regard des autres ?

Moi je l’ai fait, pendant très longtemps, et je peux vous dire que c’est un pur gâchis. Parce qu’ on a tous en nous quelque chose d’extraordinaire, d’exceptionnel, de magique…

Il est de notre devoir de le faire briller, il est de notre devoir de le faire vivre…

Mais c’est en faisant des erreurs qu’on parvient à progresser dans notre quête de soi, dans la quête de notre destinée. On essaye toujours de faire de notre mieux en évitant de commettre les mêmes erreurs, en essayant de faire les choses autrement, de faire les choses bien…

Aujourd’hui, j’aimerais partager avec vous ce que j’ai appris durant mes années d’esclavage…

Comment se libérer du regard des autres

Lorsque l’on fait face au regard des autres, il est important de marquer un temps d’arrêt et de penser un peu au prix à payer, ce en quoi vous renoncez pour ne pas l’affronter.

Essayez de répondre à ces simples questions…

Êtes-vous prêt à laisser le regard des autres vous empêcher de vivre votre véritable potentiel ? Êtes-vous prêt à laisser le regard des autres vous empêcher d’accomplir votre rêve, d’accomplir votre destinée ? Êtes-vous prêt à laisser le regard des autres vous empêcher d’avoir la vie que vous voulez réellement, d’avoir la vie que vous méritez ?

Moi je n’en ai pas envie. Et vous ne devriez pas non plus.

On me dit souvent que je suis un rêveur et que je devrais avoir les pieds sur terre. Mais la vérité est que je n’ai pas envie d’avoir les pieds sur terre, j’ai envie de vivre, d’expérimenter et de partager ce que j’apprends en cours de route. J’ai envie de faire en sorte que mes rêves deviennent réalité, j’ai envie de les vivre ou du moins d’essayer de toute mes forces.

Je sais que certaines personnes ne comprennent pas ce que je fais, ni pourquoi je le fais. J’en suis conscient, mais j’ai pris la décision de ne pas laisser leurs jugements compromettre ce en quoi je crois, ce en quoi je me bats.

Parce que…

Le regard des autres n’est qu’une illusion

Peu importe ce que l’on envie de réaliser, peu importe ce que l’on a envie d’entreprendre, notre ego essayera toujours de nous empêcher. Pour y parvenir, il est prêt à faire n’importe quoi, à inventer n’importe quelle excuse.

En décidant de sortir de sa zone de confort, on met notre ego en danger parce qu’il n’aime pas les choses nouvelles. Il préfère rester dans sa petite zone très confortable ou rien de nouveau ne passe, ou rien d’excitant ni d’intéressant n’arrive. Mais on sait tous que la vie c’est beaucoup plus que ça. la vie, c’est chercher à progresser, à devenir meilleur jour après jour, à grandir…

Vous pouvez faire le choix de rester dans votre zone de confort, à faire les choses que l’on attend de vous que vous fassiez ou faire le choix de croire en vous et en votre potentiel, faire le choix de vous dépasser, d’affronter tout ce qui vous empêche d’atteindre votre véritable potentiel, et de le faire encore et encore sans jamais renoncer…

Vous pouvez vivre votre vie, ou vivre dans le regard des autres.

Le choix vous appartient.

Votre ami,

Laissez un commentaire :

10 Commentaires
Ajoutez votre réponse